DIY

Mon kimono !

IMG_20170713_162505_121

Hier, je me suis lancée  dans la confection d’une pièce juste parfaite pour l’été, d’une veste kimono. Idéal à enfiler lorsque nous sommes en bikini au bord d’une piscine, ou alors en ville sur un caraco à fines bretelles, ce modèle de kimono est aussi facile à porter qu’à faire. Oui, pas la peine d’avoir sa ceinture noire, 6ème dan de couture pour réussir ce projet ! Alors on part vite s’acheter un joli coupon de tissu fluide et on lit le reste de l’article !

Pour le tissu, je vous conseille une matière très souple et légère, on évite le coton, trop rigide. Ajoutez à cela 2 m de galon, j’ai choisi des franges, mais libre à vous d’opter pour un autre style. Tout est permis !

Si vous avez 2 h devant vous, c’est le moment de sortir votre machine à coudre et de passer aux choses sérieuses.

  • Découpez un rectangle de tissu de 130cm de longueur sur 100cm de largeur
  • Ensuite je vous laisse suivre mon superbe « patron » ci-dessous:

 

IMG_20170713_162257_684

Pour l’encolure je vous conseille de plier le tissu en deux, de déterminer le milieu du rectangle et de dessiner un arrondi d’environ 10cm de diamètre. La longueur avant et arrière du kimono sera de 65 cm et les 2 pans de 45 cm de large.

  • Après avoir découpé votre pièce, il vous faudra coudre tout le pourtour de la veste, j’ai utilisé un point zigzag.
  • Les parties stabilotées en bleu sur le patron sont les zones où le galon doit être cousu.
  • Dernière étape :

IMG_20170713_171539_380

  • Coudre le pan avant au pan arrière en faisant une ligne de points à la machine ( ligne de 2cm de longueur). Pour la position, c’est ce qui apparaît en jaune fluo sur la photo. Ne les faites pas trop haut, pour laisser de l’ampleur aux manches.
  • Ça y est votre ouvrage est terminé, prêt à être porté !

Envie de voir ce que ça donne ?

 

 

 

 

Voici un projet de couture  ultra facile, peu coûteux et au rendu vraiment très sympa !

DIY

Appelez-le Band, Headband !

IMG_20170515_181008_689

Ça y est le soleil et la chaleur s’installent sur la France. De quoi nous donner un bon avant-goût de l’été. Mais pour profiter au maximum de cette période des plus agréables, il vous faut l’accessoire qui va faire mouche, celui qui va donner du style à vos looks les plus simples, je parle du headband estival !

J’ai été inspirée par l’atelier de Woolmapoule lors du Weleda biotytour. Cette blogueuse super sympathique proposait aux participantes de fabriquer leur propre headband avec un peu de tissu, du fil d’aluminium, et du scotch double face. En 2 temps 3 mouvements, les filles s’étaient confectionnées un accessoire très chouette. N’ayant pas eu la chance, ce jour là, de participer à cette animation, j’ai recréé, chez moi, l’atelier headband de Woolmapoule !

Voici ce qu’il vous faut pour faire VOTRE bandeau:

  • Un joli tissu coloré
  • Du fil aluminium, ou, comme pour moi, du fil de fer relativement souple (trouvé dans un magasin de bricolage)
  • Une machine à coudre

IMG_20170515_182216_341

Coupez un morceau de tissu de 16 cm de large et de 82 cm de long. Pliez- le en deux sur la longueur et l’envers,  et coupez en biais les deux extrémités

 

 

Épinglez bien bord à bord [toujours envers contre envers] et d’un coup de machine, faites une couture sur toute la longueur à 1cm du bord et également sur l’une des deux extrémités. Ensuite, vous pouvez retourner le bandeau

 

 

Coupez 82cm de fil de fer, pliez-le en deux et glissez-le dans le bandeau en tissu. Arrangez-vous pour attacher les deux extrémités du fil de fer de manière à ce qu’aucun bout pointu ne dépasse [ cette étape doit être plus facile avec du fil aluminium…]

IMG_20170515_181555_962

Vous n’avez plus qu’à coudre l’autre extrémité du headband et le tour et joué !

 

 

En 30 minutes, mission accomplie : un joli headband et de multiples façon de le porter.

DIY

Déco Hippie: Le macramé

IMG_20170522_111003_167

Si vous-même vous pratiquez le DIY, vous devez savoir que ces petits bricolages qui nous rendent si fières peuvent bien souvent nous coûter un peu chers… Sauf si bien sûr vous revendez vos créations… Mais moi perso, je ne peux tout simplement pas m’y résoudre ! Il y a plusieurs semaines, alors que mon budget loisirs créatifs était complétement explosé, j’ai décidé de tenter un projet chic mais à prix choc et je vous le présente sans plus tarder :

Ma décoration murale en macramé

Pour commencer, il va vous falloir faire un tour du côté de l’océan, pour y rapporter quelques jolis bois flottés [ je sais… C’est dur !]

IMG_20170522_115605_251

Bonne nouvelle pour vous, jusque là c’est gratuit ! [ou presque]

Si vous avez choisi le Cap Ferret [excellent choix !], faites un stop chez Patachou et prenez- vous une boule de vanille/caramel au beurre salé [ oui oui c’est absolument recommandé pour réussir son macramé, mais après vous faites ce que vous voulez… ]

IMG_20170522_115808_251

De retour chez vous, arrêtez-vous dans une mercerie pour y acheter une pelote ou deux de coton. Moi j’ai choisi du coton bio naturel écru ( comptez environ 6 euros pour les deux pelotes).

Vous avez tout ce qu’il vous faut pour commencer votre création. Donc pour un budget d’environ 9€ [ oui je compte la glace !] vous allez pouvoir faire un objet de déco super tendance. C’est pas la classe ?

Pour ce que je souhaitais faire, j’ai préparé 42 fils de coton d’une longueur de 4m. Je les ai attachés à mon bois flotté et ce bois je l’ai suspendu au dossier d’une chaise.

Une fois le tout bien installé, il ne vous reste plus qu’à nouer les fils entre eux pour obtenir un magnifique ouvrage en macramé.

IMG_20170522_111302_048.jpg

Je ne peux que vous conseiller de regarder des vidéos de macramé sur Youtube. Pour ma part, c’est comme ça que j’ai tout appris. Beaucoup de ces tutos sont en anglais, mais pas besoin de maitriser la langue de Shakespeare pour réussir à reproduire les gestes.

Voici quelques photos de mon œuvre :

Ce genre de réalisation demande un certain temps. Je dirais au moins 4h. Mais le jeu en vaut la chandelle.  Mon premier macramé trône désormais dans le salon et donne un côté bohème à mon intérieur.

IMG_20170522_111843_213

Prochain macramé ? OUI !!! Un de grande taille pour habiller ma tête de lit. Mais on va dire que pour le moment , face au travail que cela représente… Je… me défile un peu 😉

En vadrouille

Petite virée dans la cité Phocéenne

J’ai profité des vacances pour m’offrir un peu de dépaysement dans le sud- est de la France. C’est à Marseille que j’ai passé deux belles journées bien remplies qui m’ont permis de déconnecter avec mon quotidien bordelais.

Journée 1

Rien de mieux pour une première visite à Marseille que de se rendre au vieux port, pour vous imprégner de l’atmosphère phocéenne. Vous y trouverez dès le matin des étales de poissons fraichement pêchés, des mouettes à  l’affût et de très nombreuses terrasses ensoleillées, idéales pour prendre un petit déjeuner.

IMG_20160418_094508903_HDR

Perdez- vous ensuite dans les  ruelles escarpées et grimpez dans le charmant quartier du « panier ». De là, pas d’itinéraires précis, laissez-vous guider par votre propre feeling et découvrez de jolies places, des rues fleuries et de très mignonnes boutiques.

Curieux de goûter aux spécialités culinaires de la région, on décide de s’installer à la terrasse d’un  petit restaurant/épicerie nommé « Le clan des cigales ». La carte est simple, les produits du marché sont bio et de saison. On décide de commander la fameuse Aïoli, spécialité de la maison.

Le plat est simple et bon, quoique un peu cher pour ce que c’est (16 €)… Mais on savoure notre assiette autant que les rayons du soleil et la tranquillité du lieu.

IMG_20170425_135036_284

Une fois le déjeuner terminé, on reprend la route direction le Mucem (musée des civilisations et de la Méditerranée)et  sa terrasse ainsi que le fort Saint-Nicolas qui offre un très joli  point de vue sur la ville.

Plus tard on décide de se rendre au parc  Longchamp où se trouvent également le musée des Beaux-arts et celui d’histoire naturelle.

Pimagic-super-photo9

On rejoint ensuite, le quartier Saint-Julien qui vaut le détour pour les très sympas graffitis qui décorent les murs de certaines rues.

Enfin, vers 19h00, on grimpe la colline pour visiter Notre Dame de la garde, superbe basilique qui surplombe la ville. L’intérieur est magnifique et le panorama depuis l’extérieur est également splendide. On se trouve une petite place entre les rochers pour profiter d’un joli coucher de soleil sur la  mer Méditerranée.

Pimagic-super-photo6

Le soir on se restaure au Sard’in un bar à sardines qui propose des tapas à base de … sardines à l’huile (pour certaines millésimées !) et des plats originaux mettant bien sûr à l’honneur ce poisson argenté délicat et savoureux.

sard-in

Journée 2

Dès le matin, le mistral souffle fort sur la ville, mais comme le soleil brille et que la journée s’annonce très belle, nous maintenons nos projets et décidons de prendre le bus pour visiter la ville de Cassis et ses calanques. Après plus de 40 minutes de voyage dans les hauteurs, nous arrivons dans la charmante petite ville balnéaire. On se balade autour du port et prenons rapidement le chemin de la calanque de port Miou.

Même si la promenade n’est pas des plus agréables ( nous ne faisons que longer la route), une fois arrivés, nous découvrons un très joli site où le bleu de la mer se marie parfaitement avec le vert de la végétation et le blanc de la roche calcaire. Nous nous installons à l’abri du vent et admirons un long moment ce paysage fabuleux.

Nous redescendons dans le centre ville et reprenons le bus pour rejoindre Marseille. Avant de rentrer à Bordeaux, on dîne près de la gare dans un très bon restaurant : « le Manne ». Le chef fait tout maison, et cuisine les légumes  avec passion. Les viandes sont accompagnées de sauces généreuses et très savoureuses. Nous nous sommes tout simplement régalés avec un suprême de poulet, sauce miel et gingembre et de l’agneau sauce aux pruneaux, légumes et panisses.

 

Pour résumer et faire les comptes : 2 jours intenses et extra dans le sud = 1 parenthèse dans ma vie trépidante = 1 occasion de visiter une très belle région française= 1 baratineuse heureuse ! Un bilan très rentable comme vous pouvez le constater !

 

Bonnes adresses, Miam

Le C’yusha, un restaurant à découvrir

Vendredi soir, j’ai testé en bonne compagnie, un restaurant qui, à mon goût, vaut le détour. C’yusha est une très bonne adresse pour déguster des mets raffinés et originaux, dans un cadre romantique et intimiste, bref l’adresse parfaite pour une sortie en amoureux.

Le chef, seul derrière les fourneaux, s’active sous les yeux des clients puisque la cuisine en longueur est entièrement ouverte sur la salle. Une fois confortablement installés, la serveuse, très chaleureuse, vient nous apporter les cartes. Le choix n’est pas immense, mais les propositions donnent envie et nous intriguent. On se décide pour 2 menus C’yusha à 34 €.

Nous apprécions la petite mise en bouche aux saveurs marines et l’assortiment de beurres aromatisés, qui calme nos estomacs affamés. Le pain fait maison est délicieux !

Après ce préambule gustatif, arrive l’entrée :

La compression de tourteaux et  choux fleur, la gaufre au sarrasin et chantilly à l’eau de mer et le chutney  de granny smith au chouchen.

IMG_20170403_175818_509

Le goût iodé de ces mets avec la fraîcheur que cela apporte, est très agréable. C’est une entrée bien équilibrée qui aiguise un peu plus notre appétit.

Nous avions le choix pour le plat entre du cabillaud ou du veau, et nous avons opté tous les deux pour le quasi de veau d’Axuria, jus à la moutarde violette, asperges vertes et aïoli de patate douce mauve.

IMG_20170403_180002_408

La pièce de veau était généreuse, la cuisson était parfaite et la viande particulièrement tendre. J’ai juste regretté de ne pas avoir un peu plus de cet aïoli de patate douce, mais tout était très savoureux et parfaitement maitrisé.

Avant le service du dessert, nous avons dégusté la « douceur insolite », qui effectivement m’a surprise. Il s’agissait d’une  sphère remplie d’un liquide aux notes florales et d’un petit financier aux fourmis noires … Oui oui fourmis noires ! Je n’ai pas tellement été sensible à cette originalité, et j’ai trouvé que les fourmis n’apportaient absolument rien à ce petit gâteau, ni texture ni goût. Cela dit, ça a été l’occasion pour moi de goûter pour la première fois à des insectes. Enfin… à ma connaissance. !

IMG_20170403_180139_671

Pour clore ce bon dîner, il ne manquait plus que le dessert, le crémeux chocolat Otucan 69% du Venezuela, gianduja( chocolat lait/noisette) au sésame/terre à la menthe et le sorbet lait ribot mimosa

IMG_20170403_180428_898

Je me suis régalée. C’était léger et fin, on retrouvait plein de saveurs qui se mariaient parfaitement bien. Seul le côté déstructuré m’a un peu déstabilisé. Autre petit bémol, j’aurais aimé en avoir un peu plus dans mon assiette, car ces quelques touches n’ont pas réussi à apaiser ma gourmandise. (Et oui… moi j’en voulais plus !!!)

En résumé, nous avons été complétement conquis par cette adresse et la cuisine de ce chef passionné. Les plats que nous avons goutés nous en fait voyager, et les mariages entre exotisme et tradition ont très bien fonctionné. Le style des assiettes se veut épuré et graphique, ce qui est un petit peu moins à mon goût, mais cela n’enlève rien à la qualité des produits et au résultat en bouche. Enfin, j’ai beaucoup aimé la décoration du restaurant et l’agencement de l’espace. Les quelques tables sont très éloignées les unes des autres ce qui nous permet de profiter d’un moment vraiment intime et privilégié.  De l’entrée au dessert en passant par le vin tout était vraiment excellent !

Si vous voulez découvrir la cuisine de Pierrick Celibert, chef formé par les plus grands ( Michel Guérard, Alain Ducasse, Bernard Loiseau …), voici l’adresse :

C’yusha, 12 rue Ausone : 05 56 69 89 70

Beauté

Bioty party !

IMG_20170403_141850_081

Mercredi dernier, j’ai eu la chance et le privilège d’être conviée à une soirée privée organisée par la marque de cosmétiques bio Weleda. Cet événement était bien sûr l’occasion de (re)découvrir leur gamme de produits, mais aussi de passer un moment très sympa, puisque de nombreux ateliers beauté et bien-être étaient proposés.

IMG_20170403_141650_364

On arrive dans le superbe espace éphémère situé près de la place Fernand Lafargue et on découvre différents stands, un salon cosy et au fond un buffet composé de jus, thés et infusions, biscuits et petits gâteaux, le tout : Bio évidemment ! Après un petit tour et quelques douceurs englouties, il était déjà l’heure de participer aux ateliers préalablement sélectionnés sur internet.

 

Pour ma part, pas d’atelier « Upcycling », « photo » ou « DIY/headband » mon choix s’est porté sur un atelier d’intérêt public : la colorimétrie !

Oui chaque année trop d’hommes et de femmes transgressent les lois de la colorimétrie. Les ravages sont catastrophiques, cernes marquées, teint terne, mine fatiguée et traits tirés sont la cause d’un mauvais choix de couleurs… Que faire face à ce fléau responsable des remarques désobligeantes comme cette phrase : « tu as l’air fatigué(e) aujourd’hui ! » ? Eh bien, tout simplement  en apprenant à savoir quelles sont les teintes qui nous subliment.

images

Une conseillère en image m’a expliqué l’importance de la colorimétrie qui se base sur 3 critères : La couleur des yeux, de la peau et des cheveux. Face à un miroir, elle nous place sous le menton, des nuances de couleurs chaudes ou froides, à nous de voir lesquelles nous avantagent particulièrement. L’exercice n’est pas toujours évident car nous sommes parfois attiré(e)s par des couleurs que l’on trouve jolies mais… qui ne nous vont pas ! Au fur et à mesure de l’atelier, j’arrive effectivement à voir les nuances qui font ressortir mes yeux, la couleur de ma bouche, bref, qui me rendent bombasse, et celles qui au contraire me donnent la mine d’une endive oubliée dans le bac à légumes.

Tout ça pour dire que si vous ne savez pas encore à quelle « saison » vous appartenez, il est grand temps de vous en préoccuper ! La fashion police risque sinon de vous attribuer un carton rouge… ou jaune … Ça dépend de votre carnation en fait !

Ce qu’il faut savoir :

Si vous êtes printemps, c’est que ce sont les couleurs chaudes et lumineuses qui vous vont le mieux. On privilégie les couleurs à base de jaune et les bijoux en or

Si vous êtes été, c’est que ce sont les couleurs froides peu intenses qui vous vont le mieux. On privilégie les couleurs ( pâles)  à base de bleu et les bijoux en argent

Si vous êtes automne, c’est que ce sont les couleurs chaudes qui vous donne bonne mine. Mais cette fois-ci plus douces, comme les oranges( briques), et on privilégie des bijoux en or.

Si vous êtes hiver, c’est que ce sont les couleurs froides et soutenues qui vous vont le mieux, optez pour des couleurs franches comme du bleu roi, du fushia ou du bordeaux, et fuyez les tons pastels. Côté bijoux, on privilégie l’argent.

Pour conclure sur le sujet de la colorimétrie, je pense qu’il ne faut pas forcément tout prendre au pied de la lettre. Lors de l’exercice face au miroir, il est vrai que j’ai trouvé incroyable comment certaines nuances d’une même couleur me mettaient plus en valeur que d’autres, mais je pense que de manière générale nous nous dirigeons naturellement vers les teintes qui nous avantagent. Même si j’ai bien pris note de MA palette de couleurs ,  je vais continuer à fonctionner au coup de cœur et acheter ce qui me fait envie !

Après l’effort, le réconfort ! Mon atelier bien-être m’attendait. Nous avions le choix entre un massage des avant- bras et des mains en duo, histoire d’apprendre les gestes et de les reproduire sur notre partenaire, ou bien le massage des avant-bras et des mains exécuté par une professionnelle. Plutôt assez égoïste dans la vie, et privilégiant toujours mon propre bien-être avant celui des autres, J’ai opté sans le moindre scrupule, pour la deuxième proposition. Et Laëtitia Valentin m’a offert un moment de pure douceur.

 

Libérée de mon second rendez-vous, j’ai enquêté un peu partout pour répondre aux questions du quiz Weleda et tenter de remporter le cadeau. Ça a été aussi l’occasion de tester certains produits comme un baume à lèvres teinté, un soin pour les cuticules et une crème visage à la rose musquée et de rejoindre l’atelier DIY/headband où ma copine était plus que concentrée sur sa création. L’animatrice, Julie, qui tient le blog wool ma poule a proposé de confectionner dans la joie et la bonne humeur un joli headband en tissus et fil d’aluminium. Très simple à faire, cet accessoire est vraiment adorable et super sympa !

 

 

Une fois que l’ensemble des participants a eu fini les animations, il était temps de clore cette délicieuse soirée. Le tirage au sort a désigné les 2 vainqueurs du quiz mais du Bioty tour Weleda, personne n’est reparti bredouille, en plus du sourire jusqu’aux oreilles, c’est également avec un sac rempli de surprises que nous sommes rentrés chez nous.

IMG_20170403_172049_552

 

Bonnes adresses, Shopping

La fripe c’est chic !

IMG_0049

Ce que j’aime dans le shopping, c’est surtout réaliser de bonnes affaires et bien sûr rapporter de mes virées de jolies pièces tendances. A Bordeaux, il suffit parfois de prendre les ruelles bordant la rue Sainte-Catherine, pour tomber sur de très jolies petites boutiques qui combleront la victime addict qui sommeille [peut-être] en vous.

Je vous présente mon top 5 des meilleurs dépôt-vente du centre ville.Bien loin des traditionnelles friperies pleines à craquer qui fleurent bon le dressing de notre vieille tata Huguette, les magasins dont je vais vous parler, sélectionnent avec attention mais surtout avec goût des articles de qualité mais aussi à la pointe de la mode !

Fripconfit’boutik

Cette petite boutique mérite bien, selon moi, la première place du podium. Située au numéro 36 de la rue du Cancéra, la sélection de vêtements et chaussures va forcément vous séduire. Même si l’espace est réduit, le choix ne manque pas. De l’intemporel, du classique, de l’ethnique mais surtout du « waouh » et du « Oh il me le faut ! »  Vous repartirez difficilement les mains vides. Les bijoux fantaisie de créateurs sont absolument superbes. Cerise sur le gâteau, la gérante est adorable et toujours accueillante. Fripconfit est forcément au menu de mes après-midis shopping.

 

Chamade

Le magasin Chamade est placé entre la place Pey berland et la rue Sainte-Catherine, au 76 rue du Loup. La superficie du lieu est une fois encore limitée, mais largement suffisante pour vous permettre de dégoter de belles pièces. Les prix sont minis, le goût de la propriétaire est affûté et encore une fois, les bijoux sont à tomber ! On est accueilli avec le sourire et les playlists de musique nous donnent envie d’y rester un long moment.

Jolie môme

Placé dans la rue commerçante la plus sympa du vieux Bordeaux, au 22 rue du Pas Saint Georges, ce petit magasin propose de très beaux vêtements de qualité et dans l’air du temps. Le samedi, la boutique est pleine à craquer. S’il est plutôt compliqué de se frayer un chemin entre les portants, il est en revanche très facile de faire de super trouvailles. La gérante, exigeante dans la sélection des articles, ne prend que des pièces stylées pour le plus grand bonheur de ses clientes.   Ne vous arrêtez pas à l’accueil un peu froid de la propriétaire, et franchissez la porte de « Jolie môme »sans aucune hésitation.

IMG_0030

Madame plus +

Madame plus est situé au 22 de la rue Castillon. Boutique plutôt spécialisée dans les articles de marques prestigieuses, vous trouverez de magnifiques robes, un mur entier de pantalons, des paires de chaussures par dizaines et tout ce qu’il faut pour être lookée de la tête aux pieds.Le magasin qui cette fois-ci ne manque pas d’espace, propose même au fond des vêtements pour les enfants. La propriétaire du lieu a apparemment autant de goût pour la sape que pour la musique, ce qui est fort appréciable. Mais là encore petit bémol, pour l’accueil qui n’y est pas toujours très chaleureux.

IMG_0042

Arsenic et vieille dentelle

Une visite dans ce dépôt-vente est déjà une expérience en soi ! Le lieu est un peu désuet, mais on y trouve de belles surprises et quelques trésors. Au 39 rue des trois conils, le choix est large, il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges et pour toutes les bourses .La propriétaire est un véritable phénomène, un brin acariâtre, attention à ne pas l’irriter car  vous risqueriez de le regretter. Alors on reste discrète, on ne fait pas de vagues et tout devrait bien se passer ! 🙂

arsenic et vielles dentelles

Si vous êtes du genre à penser que friperie rime avec vieillerie, voilà des adresses qui devraient vous réconcilier pour de bon avec le concept de dépôt/vente. C’est également un bon moyen de déculpabiliser quand la fièvre acheteuse vous gagne, car oui, le shopping seconde main c’est avant tout  de la consommation responsable… Et toc !